Du Conceptuel dans l’Art

Commissaire > Raymond Aubin

Laurence Finet

Yves M. Larocque

Apocalypse

Sabine Lecorre-Moore

Mémoire de ville

 

Mónica Márquez

Homéostasie

Martine Périat

Phylactère

Paul Walty

Traduit du / Lost-and-Found in Translation

Disegno, dessin et dessein

Trop souvent, on occulte les étapes qui précèdent la création d’une œuvre d’art, ou on les oublie. Où sont passés les croquis, pochades, esquisses, études et maquettes auxquels on a travaillé ? Où en sont maintenant les pensées et les réflexions qui nous ont traversé l’esprit ? Quel lien existe encore entre le dessein et le dessin ?

BRAVO, le Bureau des regroupements des artistes visuels de l’Ontario, a lancé le projet Du conceptuel dans l’art pour mettre en évidence les étapes qui précèdent la réalisation d’une œuvre d’art. Pour ce faire, j’ai demandé aux membres de BRAVO de soumettre trois esquisses d’une œuvre à réaliser, accompagnées d’un texte explicatif. J’ai invité les artistes à penser grand, comme si le budget n’avait pas de limite. J’ai aussi encouragé les participants à se pencher sur des enjeux publics ou politiques actuels.

Les esquisses devaient refléter l’évolution du concept, par exemple, en montrant différentes perspectives, de plus en plus de détails, une orientation thématique ou esthétique. Elles pouvaient être des dessins, des aquarelles, des gouaches, des impressions numériques, des collages, ou faire appel à d’autres techniques, à part l’acrylique et l’huile. Les soumissions devaient également s’accompagner d’un texte décrivant les motifs à l’origine de l’œuvre proposée, les buts, les matériaux, les choix esthétiques, ainsi que les influences sous-jacentes.

J’ai réuni un jury indépendant d’artistes professionnels qui s’est penché sur les dossiers soumis. Les six dossiers retenus font l’objet du présent ouvrage. Ils se démarquent à plusieurs égards. J’en précise trois. Premièrement, ils sont audacieux par leur envergure et par les moyens innovants mis en œuvre. Deuxièmement, ils sont destinés pour la plupart à une installation dans l’espace public. Or, l’art public, qui se situe à la jonction des beaux-arts et de la culture visuelle, concourt au débordement d’humanité auquel on aspire. Troisièmement, l’expérience du spectateur est au cœur de leurs préoccupations. En effet, les artistes ont eu la sagesse d’aborder leurs thématiques sociales de façon réfléchie et subtile, sans verser dans l’égocentrisme, le défaitisme ou la moralisation. À cela s’ajoutent les qualités formelles et les attributs d’exécution des esquisses, sans compter la justesse, et parfois l’originalité, des textes.

Du conceptuel dans l’art renoue avec l’idée caractéristique de la Renaissance que l’art relève de la pensée. Le titre fait aussi un clin d’œil à Vassily Kandinsky qui, d’après son ouvrage Du spirituel dans l’art, recherchait dans la psyché la signification à donner à l’art abstrait. Du conceptuel dans l’art ne se veut pas pour autant un projet d’art conceptuel. En art conceptuel, la description de l’œuvre EST l’œuvre, un point c’est tout. L’esquisse dont il est question ici, et quelles que soient par ailleurs ses qualités théoriques ou esthétiques, est indissociable de l’œuvre à laquelle elle aboutira.

En faisant redécouvrir la pensée grecque, la Renaissance fait naître l’artiste. La création artistique devient alors un art libéral, au même titre que la poésie, la philosophie, l’histoire et les mathématiques. L’art se transforme en savoir théorique. Le disegno occupe maintenant l’avant-scène. Le disegno, c’est le dessin, c’est-à-dire une représentation graphique. C’est aussi le dessein, c’est-à-dire une intention. Le disegno est donc à la fois conception de l’esprit et figuration de la réalité à travers des formes. Léonard de Vinci est l’exemple parfait de l’artiste libéral. Il s’est intéressé à tous les savoirs. Il a laissé de nombreux écrits et croquis. Son esprit classique anime encore aujourd’hui le monde artistique.

Quatre-cents ans plus tard, Vassily Kandinsky, que l’on a qualifié de père de l’art abstrait, est confronté à un autre dilemme. L’art abstrait remet en question le rôle du dessin. Cette remise en question nuit-elle au dessein, à l’intention ? Quel discours l’œuvre abstraite tient-elle ? Kandinsky soutient que le langage des formes et des couleurs a la capacité de faire résonner la sensibilité humaine. Oui, l’art abstrait a un sens. L’art moderne est un art expressif.

Au moment même où Kandinsky se penche sur l’art abstrait, Marcel Duchamp, de vingt ans son cadet, vient transformer encore plus radicalement la relation entre dessin et dessein avec ses ready-mades. Duchamp remplace l’expression manuelle à travers le dessin par un geste productif de sélection. Il transforme le point de vue sur des objets usuels et sur le contexte de leur présentation. Il élimine le dessin et transforme le dessein en arrangement avec le spectateur. Duchamp se situe à la source même du paradigme de l’art contemporain : n’importe quoi peut devenir art si l’on parvient à en convaincre le spectateur.

Les six œuvres incluses dans le présent ouvrage ne s’apparentent pas directement à de Vinci, ni à Kandinsky, ni à Duchamp. Je les associe plutôt à l’art hypermoderne qui a émergé au cours des quinze dernières années. Elles en ont les traits caractéristiques. Elles sont paradoxales en ce sens qu’elles présentent des sujets sérieux de façon plutôt réjouissante. Elles puisent abondamment dans les technologies les plus récentes. Elles sont immédiatement accessibles, sans explications complexes. Elles sont participatives et centrées sur l’expérience du spectateur. En un mot, elles jouent admirablement sur une relation nouvelle entre dessin et dessein.

Raymond Aubin

 

 

Raymond Aubin est un artiste indépendant en arts visuels. Il a présenté ses œuvres régulièrement dans le cadre d’expositions individuelles et collectives, notamment, à la Maison de la culture de Longueuil, à la Galerie Montcalm, à la Galerie d’art de l’Hôtel de Ville d’Ottawa, au Musée d’art contemporain des Laurentides, au centre d’exposition Art-image et Espace Odyssée et au festival Art souterrain. Il a été boursier du CALQ et finaliste aux Culturiades en Outaouais. Il participe à des comités d’évaluation en arts et des commissariats d’exposition lui sont confiés. Il détient un baccalauréat en arts et en design de l’UQO avec mention d’excellence.

 www.raymondaubin.ca

 

 

Catalogue d'exposition

Le catalogue d’exposition est disponible au bureau de BRAVO au prix de 25 $ plus les frais d’expédition. Tél. (800) 611-4789

BRAVO remercie le Conseil des arts de l’Ontario d’avoir financé l’exposition et La Nouvelle-Scène pour le lieu.

 

 

MUSÉE DES ARTS VISUELS DE L'ONTARIO FRANÇAIS

Le Musée des arts visuels de l’Ontario français voit le jour en 2006. Il est l’unique musée sur les arts visuels et médiatiques des artistes francophones de la province de l’Ontario au Canada.

Contactez-nous | Reach Us

Adresse postale
C.P. 53004  (Succ. Rideau)
Ottawa
Canada
(ON) K1N 1C5

Courriels
info@bravoart.org
direction.bravo@outlook.com

Téléphone
(819) 457-1892
(800) 611-4789

Galeries et centres d'artistes francophones de l'Ontario

Galerie du Nouvel Ontario (Sudbury)
Le Labo (Toronto)
Centre d'artistes Voix Visuelle (Ottawa)